Les Trois Subversifs pollution,poison, pognon

Les déchets radioactifs s’entassent en France.


Des poisons de la guerre de 14-18 aux déchets nucléaires :
Un siècle a suffi pour faire oublier le danger des pollutions héritées de 14-18 . Dans les années 1920, la Belgique et la France se sont débarrassés des rebuts chimiques du conflit dans des territoires défavorisés. L’opposition des populations locales a été balayée par l’urgence des décisions et par les pressions exercées par les lobbies industriels et agricoles. L’actualité révèle que le déni des craintes exprimées à l’époque a favorisé un oubli délétère.

Les habitants du nord du département de la Meuse subissent encore aujourd’hui les conséquences de l’amnésie qui a entouré la pollution de leurs terres.

Or 100 kilomètres plus au sud, à Bure, d’autres citoyens luttent contre un projet de poubelle nucléaire.

Comment préserver les générations futures de déchets enfouis qui resteront dangereux pour plusieurs millénaires ?

Pollution

Vaccins, médicaments : « C’est le manque de transparence qui alimente la défiance »

Poison


La liberté est un droit, vacciner est un choix.


Les vaccins sont des produits standardisés qui sont inoculés à des millions de personnes  (enfants, adultes, personnes âgées), sans se préoccuper des caractéristiques génétiques et immunologiques des individus qui les reçoivent. Or, nous sommes tous différents : chacun répond différemment aux vaccins , comme pour certain médicaments que l’on retire du marché  » plus dangereux qu’utiles « .

OBLIGATION DEPUIS 2018

DONC : EN 16 MOIS 29 à 30 DOSES POUR UN ENFANT DE 2 MOIS JUSQU’A 18 MOIS

Les vaccins sont composés d’une ou plusieurs substances actives d’origine biologique appelées « antigènes vaccinaux » qui sont issus de bactéries ou de virus. Afin de rendre le vaccin plus efficace, l’antigène vaccinal est généralement combiné à un adjuvant qui est très souvent un sel d’aluminium (hydroxyde ou phosphate). Des conservateurs antimicrobiens peuvent être employés pour empêcher la contamination microbienne du vaccin. Des stabilisants (lactose, sorbitol etc.) peuvent être utilisés afin de maintenir la qualité du vaccin pendant toute sa durée de conservation.

BCG : 1 dose si l’enfant vit dans un milieu à risque de tuberculose ou (originaires de Guyane, Mayotte)

A 2 MOIS
1re dose Diphtérie, tétanos, poliomyélite (DT Polio) .
Coqueluche, Hæmophilus influenzae b ,Pneumocoque, Hépatite B 

A 4 MOIS
2e dose. Diphtérie, tétanos, poliomyélite (DT Polio) ,
Coqueluche , Hæmophilus influenzae b, Pneumocoque, Hépatite B

A 5 MOIS
Méningocoque C : (1re dose).

A 11 MOIS
Diphtérie, tétanos, poliomyélite (DT Polio), Coqueluche,
Hæmophilus influenzae b, Pneumocoque, Hépatite B.

A 12 MOIS
Méningocoque C : 2e dose, Rougeole, oreillons, rubéole(ROR) : 1re dose.

Entre 16 et 18 MOIS
Rougeole, oreillons, rubéole (ROR) : 2e dose.


 
 


Pognon

Souvent très pauvres de leurs vivants, mais très riches dans la mort .


« La financiarisation a envahi le marché de l’art, entretenant la spéculation au détriment des Artistes »