#Soutienunartiste : vente exceptionnelle d’une de mes toiles « la voluptueuse »

Dans ce contexte particulier de crise liés au COVID 19, les artistes et plasticiens sont durement touchés par les conséquences du grand confinement lié à la crise sanitaire mondiale. Nous nous retrouvons sans revenu ni système d’assurance chômage suite à la fermeture des galeries et institutions et aux annulations des foires et salons. Pour nous venir en aide, une vente aux enchères exceptionnelle est organisée au profit des artistes vivants par la maison de vente aux enchères #Rouillac, avec le concours du magazine #Artension, du salon #Puls’art-Fiaa, du #centre d’art CCC OD et d’autres partenaires invités à se joindre à cette initiative.

Cette vente en ligne, par enchères électroniques, se tiendra du jeudi 30 avril, 18h jusqu’au mercredi 6 mai, 15h sur le site internet https://www.rouillac.com/fr/, sans qu’aucun frais ne s’applique, ni pour le vendeur ni pour l’acheteur. 100% de la somme récoltée sera directement réglée à l’artiste pour le soutenir.

Huile et couteau 80 X 80 cm

Collection Nu(e) acéphales : la Voluptueuse
80 X 80 X 2,5 CM SBD
Un des thèmes récurrents de mes explorations plastiques, est le corps que j’affectionne sans jamais interpeller le haut du corps, la tête et encore moins les visages, seul m’intéresse la recherche sur la forme et le mouvement. Complète ou partielle, la « sensation » du corps s’exprime ainsi sur la toile. Les corps n’étant pas représentés pour être contemplés mais pour faire naître chez le spectateur un questionnement. La peinture se rapproche de la sculpture avec le rendu des ombres et des lumières, des volumes, des modelés. Le couteau tranche et définit sur l’arrière une fenêtre de lumière. En créant un « acéphale « , c’est à dire un corps sans tête, s’exprime aussi le vide, le manque et s’ouvre en conséquence le retour à la forme, à son langage figuratif , également aux sensations, aux questionnements de l’image et donc le retour aux mythes, est-ce une femme, une déesse..?

En se représentant, l’homme a affirmer sa place dans le monde et la nature qui l’entoure, et rivalise, en tant que créateur, avec les dieux qu’ils tenaient jadis pour fondateurs de la nature et de lui-même.

Dans cette étude, où le corps peut être décalé, partiellement effacer ou tronquer, il ne reste que le corps, lui seul parle et s’exprime, sans visage, seul le mouvement raconte une histoire dans les postures qu’il initie.

Merci de votre soutien, partager autour de vous !

#Rouillac, #Artension,  #Puls’art-Fiaa,  # CCC OD #soutienunartiste #combas #derain,#sarahmoon,#ernestpignon-ernest